• AMAPPE sur Facebook

  • Les conseillers entreprises à l’honneur sur le site de L’ONU Maroc

  • Formation en art culinaire suivie par des réfugiés - programme PISERUMA

Avec le HCR, l'Amappe appui l'insertion socio-économique des réfugies urbains au Maroc

  • PDF


Il y a aujourd’hui au Maroc environ 800 réfugiés reconnus par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR). Originaires d’Afrique subsaharienne pour la majorité, mais aussi des pays du Proche Orient (près d’un tiers),  ils bénéficient de droits spécifiques liés à leur statut. Cependant l’absence de  législation marocaine en matière d’asile limite leur protection et leur insertion effective dans la société. Et leur exclusion formelle du marché du travail favorise leur extrême précarité.

L'UNHCR à Rabat, dans son dialogue avec les autorités et en agissant conjointement avec un nombre croissant d'organisations locales partenaires, aide les réfugiés à améliorer leur situation économique et sociale, en mettant l'accent sur l'autosuffisance.

C’est dans cette optique que l’UNHCR a souhaité conclure un partenariat avec l’Amappe en 2007 : le Programme d’Insertion Socioéconomique des Réfugiés Urbains au Maroc (PISERUMA).  Ce programme a pour objectif d’aider les réfugiés urbains dans le développement de leurs projets professionnels dans une démarche globale d’insertion socio-économique.

Cela se concrétise par le financement, l’accompagnement et le suivi des activités génératrices de revenus (AGR) créées par les réfugiés.  Au-delà de l’aspect économique, le projet vise à faciliter l’insertion des réfugiés au sein de la société marocaine en incitant le travail en association avec d’autres réfugiés ou de marocains. De plus, par un suivi périodique des créateurs permet de consolider les activités et de s’assurer de leur réussite.

En 2011, l’UNHCR et l’AMAPPE ont renforcé le programme en y incluant un volet  formation professionnelle. A travers la formation, l’UNHCR et l’AMAPPE souhaitent favoriser l’émergence de projets d’AGR solides, adaptés aux réfugiés et au marché local, voire permettre aux réfugiés un temps d’intégration sur le marché du travail, même informel.
Grâce à une montée en puissance constante du projet, le nombre de bénéficiaires ne cesse d’augmenter.

Ainsi, depuis le début du projet 200 microprojets ont été financés, 25 ont été renforcés financièrement et 17 réfugiés ont suivi une formation professionnelle.

Objectif 2013 : 100 réfugiés sont accompagnés, soutenus par le programme; 30 AGR financées; 20 réfugiés bénéficient d'un renforcement commercial et managérial; 40 bénéficient d’une formation professionnelle.

Au delà des chiffres, la fierté de l'Amappe est de savoir que son action appuie l'insertion des réfugiés au Maroc, à l'instar de réfugiés ivoirien :

"Mon projet m'a permis de fonder un foyer avec une femme marocaine. Maintenant j'ai deux enfants et je me suis bien intégré dans la société"

 

 

You are here